Sponsors

  • Domain name search and availability check by PCNames.com.
  • Website and logo design contests at DesignContest.com.
  • Reviews of the best cheap web hosting providers at WebHostingRating.com.
Kb3

(photo prise du site de la région de Thetford Mines)

 

KB3 à Thetford Mines est un projet de reconversion d’un site industriel en plein coeur de la cité.

Actuellement, la ville et les « promoteurs » du projet rencontrent les habitants (d’autres dates sont également prévues) afin d’expliquer les tenants et aboutissants du projet; et les passions se déchaînent.  En effet, dans une région touchée par les aléas de l’industrie minière, beaucoup pensent qu’utiliser des fonds municipaux ou de la Province du Québec à un musée, c’est du gaspillage.  Pour certains, c’est d’abord aider les mineurs touchés par la crise qu’il faut aider!.  Ainsi, on a pu voir fleurir sur Internet quelques articles (en voici un au moins) très ouvertement contre le projet.  Et d’insister lourdement sur le fait que la culture (et donc les musées) ne rapportent pas d’argent.

Cette rengaine, beaucoup de personnes travaillant dans la culture la connaisse.  En général, dans le patrimoine industriel, on a également droit au couplet : « mais pourquoi ne rase-t-on pas tout ça pour refaire quelque chose de neuf et tourné vers l’avenir.  Du travail pour nos jeunes! ».

Dire que la culture n’est pas rentable est toutefois partiellement vrai, mais cela tient souvent plus du modèle de gestion préconisé par l’institution en elle-même que du secteur économique en général.  Ensuite, il y a des gains indirects non-négligeables pour les habitants et la ville.

En effet, la reconversion d’un site, surtout si c’est une entreprise, permet de rendre des terrains purement industriels en parc, jardins, voir réserve naturelle.  On s’est ainsi rendu compte que les terrils, en Belgique, offrait un biotope exceptionnel à certains types d’insectes qu’on ne retrouve nulle part ailleurs, que des oiseaux nicheurs se réapproprie grotte ou infractuosité des carrières,…  cette richesse naturelle devenant avec les années, un atout intéressant pour les habitations tout autour.  La valeur des maisons augmentant, les « voisins » d’une carrière ou d’un terril y gagnaient au final.

la logique est de même avec les infrastructures générales. Qui dit revitalisation d’une zone évoque aussitôt transports en commun (pour amener touristes et/ou écoliers), trottoirs, égoûts, mais aussi petits commerces.  c’est pas un nouvel Eldorado, mais ces changements s’effectuant sur des années, ils offrent à terme une valorisation d’un ou de plusieurs quartiers.

Enfin, si des touristes viennent se rajouter à ceux qui déjà connaissent et apprécient Thetford Mines, il faudra là-aussi de quoi les loger, les nourrir,…

D’un point de vue « historique », une région n’existe pas sur les fantômes qu’elle possédait.  Charleroi en est un bon exemple.  Raser de l’ancien pour faire du neuf, de « l’avenir », ne sert strictement à rien si c’est fait sans vision générale du patrimoine.  A Charleroi, on a rasé « la » maternité de la Ville où tout le monde passait (ou presque), certains lieux emblématiques comme la Maison du peuple, la tour Foraky à Marcinelle,… et certains projets immobilers actuels continuent d’envisager d’effacer de la ville des morceaux d’histoire.  On part quasi-toujours du préalable que Charleroi n’a pas d’histoire, de coeur historique, et qu’on doit voir l’avenir et non être passéiste.  C’est souvent oublier que si on vie de rêves et d’espoirs, on vie aussi avec nos souvenirs; et donc les lieux où on  a vécu, travaillé,…  Je ne dis pas qu’il faut tout garder, mais que l’on doit y penser avant de démolir car une fois effacé, difficile d’envisager de reconstruire « à l’identique ».

Thetford Mines s’est bâti sur sa prospérité minière, ses hommes, ses industries; et si un jour l’histoire change, la ville doit pouvoir savoir expliquer ses fondements; et quoi de plus naturel qu’un musée, qu’un lieu emblématique où on expliquera ce qu’(est) était le travail dans la mine, du mineur, de la fierté de cette corporation.  Il suffit de repenser à Lewarde (France), le Bois du Cazier (Belgique), Bois-du Luc (Belgique), Zolverein (Allemagne) et bien d’autres encore pour savoir que ces lieux sont bien plus que des briques au départ.  Les bâtiments renferment bien souvent encore les souvenirs des travailleurs.  KB3 peut être une opportunité pour Thetford Mines, et il serait impensable de ne pas la saisir, ne serait-ce que par fierté de son histoire.

Catégories: Non classé

Comments are closed.