Sponsors

  • Domain name search and availability check by PCNames.com.
  • Website and logo design contests at DesignContest.com.
  • Reviews of the best cheap web hosting providers at WebHostingRating.com.

Lors de son voyage, les membres du premier groupe affecté à la thématique des « puits et galeries, conditionnement d’air et entretien des galeries » sont étonnés de la mécanisation importante des mines américaines.  Ainsi, dans le rapport de mission (1), on retrouve : « Des engins de l’espèce sont déjà en application dans un certain nombre de mines belges.  Leur généralisation permettrait d’augmenter le rendement et l’avancement de ces travaux, tout en réduisant l’émission de poussière.  Notons cependant que les chargeuses ne donneront leur pleine efficacité qui si l’usage de l’électricité pouvait être généralisé dans toutes nos mines, ce qui n’est pas encore le cas pour les mines grisouteuses par suite des restrictions des règlements imposés par l’Administration des Mines » (p.13).

Mine_de_bingham_canyon

(photo : la mine à ciel ouvert du Bingham Canyon – US Smelting, Refining and Mining C°)

A Butte (Montana), ils visiteront une mine réfrigérée par une saumure circulant du jour jusqu’aux faisceaux réfrigérants des chantiers en un seul circuit; malheureusement utilisable que sous certaines conditions atmosphériques réunies dans cette mine.  Cette invention a été mise au point par l’Anaconda Copper Mining C°.

Chargeuse_de_bingham

(photo : une chargeuse de Bingham)

Le second groupe, celui du « transport, travail en taille, sécurité » arriva vite à la conclusion qu’il existait trop de différences entre les Etats-Unis et la Belgique mais que certains principes pouvaient cependant être appliqués.  Au total, c’est plus de treize mines souterraines, une à ciel ouvert, cinq lavoirs à charbon, une fabrique d’appareils de sécurité, une fabrique de claveaux et une centrale électrique qui seront visités.  Ici aussi, la mécanisation bat son plein, mais aussi la présence de l’électrification des voies de chantier.  Toutefois, pour la délégation belge « nous ne pouvons pas envisager la suppression totale de l’air comprimé, car il reste nécessaire pour le forage en roche, la commande des convoyeurs des fronts d’abbatage grisouteux et surtout pour actionner les marteaux piqueurs qui, dans beaucoup de cas, restent encore le seul engin d’abattage pratique de nos chantiers » (p.23).

Que ce soit l’Airdox pour l’abattage, le Duck-bill ou les raclettes électriques pour ramasser le charbon à front de taille (comme celles des mines de Tams, de la Gulf-Smokeless Coal C°, ou la n°5 de la Cannelton Coal C° en Virginie Occidentale), la mécanisation électrique semble sans limites.  Ils purent aussi voir la foreuse de la Chicago-Pneumatic C°, utilisée également dans les charbonnages de la Lorraine.

Lavoir_island_creek

(photo : le lavoir de la mine n°27 de la Island Creek Coal C°)

Il est intéressant de noter le principe de schistification utilisé en Amérique pour éviter la poussière de charbon.  On envoit du calcaire pulvérisé contre la paroi et ce « Rock-dust distributor » électrique est monté sur chenilles ou pneus et comporte, sur l’arrière, une trémille et une réserve de calcaire.

La visite à la Mine Safety Appliances C° de Pittsburgh permit de découvrir du matériel comme des détecteurs de grisou qui devraient être aggréés en Belgique.  Quand à la visite de la centrale électrique de Charleston (Cabin Creek Power plant), déjà vaste, la surprise pour les Belges fut d’apprendre le projet de la construction d’une unité plus grande encore…

Enfin, l’aspect sécurité relève que la réglementation belge est bien plus draconnienne que l’américaine, excepté peut-être pour l’utilisation des explosifs.  La propagande en faveur de la sécurité passe aussi par un parcours d’un camion-exposition dans les mines de Virginie Occidentale afin de conscientiser les ouvriers aux risques.  une brochure a été imprimée et est distribuée à cette occasion.  L’étonnement des Belges, également, sur les relations de travail entre direction, ingénieurs et personnel où le sentiment d’appartenance à une équipe est très présent; sentiment visiblement moins présent chez nous…

Notes :

(1) – Voyage d’étude d’une mission charbonnière belge dans les mines des Etats-Unis d’Amérique : 28 septembre – 8 novembre / Studiereis van een zending der Belgische Kolennijverheid in de mijnen van de Verenigde Staten van Amerika : 28 september – 8 november. – Bruxelles : Fédération des Associations charbonnières de Belgique, 1950. – 128 [64 + 64] p.; 25 x 19. – Ouvrage bilingue (français – néerlandais) de 64 pages pour chaque langue.

Catégories: Non classé

Comments are closed.