Sponsors

  • Domain name search and availability check by PCNames.com.
  • Website and logo design contests at DesignContest.com.
  • Reviews of the best cheap web hosting providers at WebHostingRating.com.
Wolf

 

(Photo : Vincent Vincke)

 

En 1882, le mécanicien et fabricant de lampes de mine saxon, Carl Wolf, installé à Zwickau depuis 1864, eut l’idée de remplacer l’huile végétale de lampes par de l’essence (benzine en Allemagne).  Son premier modèle était une lampe type « Westphalienne non cuirassée » dont on avait garni le réservoir d’ouate afin de la remplir d’essence; l’ouate ayant pour avantage de maintenir le liquide en cas de renversement de la lampe.  Le principe général de la lampe Wolf est de faire remonter les vapeurs d’essence jusqu’à la mèche.

 

Etant donné la facilité avec laquelle l’essence pouvait s’enflammer, Carl Wolf eut l’idée d’ajouter à sa lampe un rallumeur.  Ce dispositif placé dans le réservoir sous forme de papier à amorces explosives au fulmate de mercure se présentait sous la forme d’une tige verticale qui faisait office de percuteur, explosant les amorces et rallumant ainsi les vapeurs d’essence.  Cet avantage faisait que la lampe ne devait pas être ramenée « au jour » pour être ré-allumée.

 

Carl Wolf améliora également le dispositif de fermeture des lampes en y adaptant un système magnétique empêchant toute ouverture des lampes.  Ce système réside dans le placement d’un cliquet métallique à ressort dans la cage protégeant le verre; l’ouverture des lampes équipées ainsi ne pouvait se faire qu’avec un puissant électro-aimant en lampisterie.

  

La lampe Wolf est du type à alimentation inférieure fonctionnant par le placement d’une bague équipée de fente protégée par un tamis entre le verre et le réservoir, ce qui donnait à la lampe Wolf un pouvoir éclairant de 28 % supérieur aux lampes à huile, ce qui rendait les conditions de travail dans les mines plus confortables.

 

Toujours dans le souci d’améliorer la sécurité, les lampes Wolf sont équipées du double tamis et de la cuirasse Marsault, le rallumeur à bande de fulminate et remplacé par un rallumeur type briquet.

 

Son arrivée dans les mines françaises date de 1898. La Belgique suivit de près et l’adopta officiellement à partir de 1904.En 1906, sa production cumulée depuis sa création était de l’ordre de 890.000 unités.  La dernière née des lampes à flammes allait connaître un succès mondial, pratiquement tous les pays ayant des mines de charbon en importèrent d’Europe ou la fabriquèrent chez eux comme les pays de l’Europe de l’Est, la Chine, l’Inde, les Etats Unis, le Japon…  Elle avait conquis le monde.

Comments are closed.